Livres
L'idée maconnique :
Essai sur une philosophie de la Franc-maçonnerie
Qu’est-ce que la voie initiatique des francsmaçons ? Quelle est la nature de leur fraternité, de leur travail en loge, de leurs rites et de la pensée symbolique dont ils se réclament ? Quelles sont les relations de la franc-maçonnerie moderne avec les églises, le politique et le monde contemporain ?
LES TROIS SECRETS DES FRANCS-MAÇONS ENFIN RÉVÉLÉS DE JULES MÉRIAS 
La franc-maçonnerie est une organisation qui se différencie du reste de la société humaine dans la mesure où ses buts ne sont d ordre ni productif ni quantitatif, mais moral et spirituel. C est pourquoi on ne devient pas franc-maçon par hasard mais pour l avoir voulu. 
 
Une loge s occupe essentiellement de transmettre l initiation selon son rite et de débattre ou mieux, de méditer collectivement sur les contenus de celui-ci ou sur des sujets touchant à l initiation. Toute initiation exige un certain travail de ses initiés. En franc-maçonnerie, l analyse des rituels authentiques permet de découvrir en quoi consiste ce travail. 
 
Le travail du franc-maçon est à la fois stimulé et facilité par celui de sa loge. C est aussi pourquoi la présence assidue aux tenues de sa loge constitue le premier travail d un franc-maçon. 
 
Il y a un secret en franc-maçonnerie. Les mots de passe et autres signes de reconnaissance qui ont d ailleurs fait l objet de nombreuses publications, ne font que figurer ce secret. Le secret maçonnique consiste dans l expérience intime vécue par le franc-maçon qui s observe lui-même, contemple les symboles et traite les autres comme il voudrait être traité par eux. Le langage ordinaire est inapte à restituer une telle expérience. Il en résulte que le secret maçonnique n est pas dû à une décision des francs-maçons : c est un secret par essence. 
 
En franc-maçonnerie, le secret c est qu il y a un secret. 

 
Solidarité : 
SI… TU SERAS UN HOMME, MON FILS 
 
Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie  
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,  
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties  
Sans un geste et sans un soupir ;  
 
Si tu peux être amant sans être fou d’amour,  
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,  
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,  
Pourtant lutter et te défendre ;  
 
Si tu peux supporter d’entendre tes paroles  
Travesties par des gueux pour exciter des sots,  
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles  
Sans mentir toi-même d’un mot ;  
 
Si tu peux rester digne en étant populaire,  
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,  
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,  
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;  
 
Si tu sais méditer, observer et connaître,  
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,  
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,  
Penser sans n’être qu’un penseur ;  
 
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,  
Si tu peux être brave et jamais imprudent,  
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,  
Sans être moral ni pédant ;  
 
Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite  
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,  
Si tu peux conserver ton courage et ta tête  
Quand tous les autres les perdront,  
 
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire  
Seront à tous jamais tes esclaves soumis,  
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire  
Tu seras un homme, mon fils.
La Loge mère par Rudyard Kipling 
 
Il y avait Rundle, le chef de gare, 
 
Beazelay, des voies et travaux, 
 
Ackman, de l’intendance, 
 
Donkin, de la prison, 
 
Et Blacke, le sergent instructeur, 
 
Qui fut deux fois notre Vénérable, 
 
Et aussi le vieux Franjee Eduljee, 
 
Qui tenait le magasin « Aux Denrées Européennes ». 
 
Dehors, on se disait : « Sergent !, Monsieur !, Salut !, Salaam ! », 
 
Dedans, c’était « Mon Frère », et c’était très bien ainsi. 
 
Nous nous rencontrions sur le Niveau et nous nous quittions sur l’Équerre, 
 
Moi, j’étais Second Diacre dans ma Loge-Mère, là-bas ! 
 
Il y avait encore Bola Nath, le comptable, 
 
Saül, le Juif d’Aden, 
 
Din Mohammed, du bureau du cadastre, 
 
Le sieur Chuckerbutty, 
 
Amir Singh, le Sikh, 


 


Les informations présentées sur cette page n'ont qu'un caractère documentaire. Ces informations sont fournis sous toute réserve et demeurent la propriété de leur prorpiétaire.